La tour au delà des nuages

Je voulais mettre du sexe, parce que ça fait vendre, mais du sexe avec des personnages de Makoto Shinkai, j'en ai pas trouvé.

Lorsque j’ai sorti mon DVD pour illustrer cet article, c’était le première fois que je lui jetais plus qu’un bref coup d’œil. J’ai déjà vu le film plus de 3 fois, du coup je ne l’avais pas acheté pour grand chose d’autre que démontrer à l’industrie culturelle mon amour pour Makoto Shinkai.

Du coup, je l’ai examiné un peu plus avant. Si on met à part les goûts étranges de la jaquette en matière de capitalisation, l’insistance peut justifiée sur le fait que Makoto Shinkai, c’est Hayao Miyazaki qui s’est réincarné avant sa mort, et la mention d’un système anti-copie, le produit est simple mais efficace.

Néanmoins, j’ai été frappé par le résumé proposé au dos. « Une Fabuleuse Histoire d’Amitié dans la lignée des plus grands chefs-d’œuvre de Miyazaki. » Kumo no mukou, une histoire d’amitié ? Certes, ce sont des amis, mais je n’avais jamais vu le film sous ce jour. D’abord, il y a de la romance, aussi. Mais surtout et avant tout, pour moi, c’est de la SF. Et je ne veux pas dire par celà que les histoires d’amitié ou d’amour ont moins d’importance, mais plutôt que prendre le parti de ce résumé, c’est oublier le personnage principal de l’histoire : la tour.

Le titre français, « La tour au delà des nuages », saisit bien son importance. Ce qui lie les personnages entre eux, ce qui tient toute l’histoire, c’est bien cette tour, qui fascine continuellement les personnages et le spectateur, et dont la hauteur est telle qu’elle semble sans fin. Ce qui m’a marqué, plus que le lien entre les personnages, ce sont ces plans de travelling vertical sur la tour, et qui n’en révèlent jamais le sommet. J’ai été très frappé de me réaliser que ce que Smankh nous disait il y a quelque mois sur Takaki de Byousoku 5cm, dernier film de Makoto Shinkai, s’applique au final bien plus aux deux personnages masculins principaux de Kumo no mukou.

La tour, c’est l’objet de la PASSION.