Coyote, c’est devenu (presque) mauvais

Coyote est un magazine trimestriel à propos de manga, d’animation, et d’autres produits de la culture visuelle japonaise. Il y a quelque temps, il était réputé de très bonne facture, mais sa qualité a beaucoup baissé. Et je le prouve avec des photos du dernier numéro, en abusant du filtre « augmenter la netteté », et avec des alt-texts explicatifs.

La première chose à laquelle je pense quand j'entend le nom de cet anime, c'est « Nitro+ »Saki et Hikaru no go, du pareil au même. Et ils disent ça sérieusement.Eyeshield, c'est K-On! au masculin. Qu'on se le dise.lol butthurt moralfagLes exagérations à caractère humoristique, tu connais ?Pourquoi la jaquette de Tonari no 801-chan quand on parle de Fujoshi kanojo ? J'ai cru un instant qu'il s'agissait de la même série avant de chercher pour voir que non, c'est juste une lubie de Coyote.Ah oui, sauf que Dragon Ball Kai n'est pas un remake. Échec.Ah oui, on conclut un article sur la nouvelle édition de Dragon Ball en demandant une nouvelle édition de Dragon Ball. Logique.À lire Coyote, on croirait que Mirai Nikki, c'est shônen générique n°64387. Sérieux.Ah oui, sauf que xxxHolic ça s'écrit pas « XXX Holic », et c'est pas un shojo.« Coucou, je travaille pour un magazine sur le manga mais je ne sais pas que shôjo et shônen ne sont pas des genres, c'est grave docteur ? »Et rebelote. Bon, j'ai connu pire. Il y avait un hors-série d'AnimeLand Xtra sur le shônen qui m'a donné une envie folle de venir à la rédaction baffer les journalistes.

Et quelques coquilles cocasses :

Un anime du studio Gonz avec un chara design de Rang MuratÇa veut dire que Nia a une voix très aigüe.Vous connaissiez, vous, le verbe « remaker » ?

Il est tout de même inquiétant qu’en une lecture même pas approfondie ni exhaustive, je trouve tant d’erreurs, d’imprécisions, et de choses à redire sur les articles. Je serais tenté de dire que Coyote c’est devenu de la merde, mais je dois reconnaitre que si certains articles ont fait bouillir mon sang de rage, d’autres restent ce que je cherche lorsque j’achète un magazine d’anime. Entre autres, lire des analyses intéressantes et découvrir de nouvelles séries dans la production récente. En tout cas, pour une bonne partie du magazine, on a tout simplement l’impression de lire l’œuvre d’un blogueur moyen. Certes, ça peut être intéressant, l’œuvre d’un blogueur moyen. Mais je n’ai pas envie de payer 6€ pour des billets de blog moyen, surtout lorsqu’ils sont en retard d’un mois et demi.

Il reste tout de même ce paragraphe qui suscite en moi des interrogations :

Ça parle de Special A.

Est-ce que ce phénomène existe vraiment, ou bien est-ce le journaliste qui cherche à taper sur ses collègues pour se mettre en avant ?